Lifestyle

Dwen Corréa, des étals du marché de Sarcelles à créateur de mode pour le PSG

A 40 ans, Dwen Doudou Corréa est un chef d’entreprise comblé. Créateur de la marque Dwt Twn, il a commencé par vendre des vêtements sur le marché avant de conquérir les joueurs de foot et le club de la capitale.

Il s’apprête à élaborer une collection avec les footballeurs brésiliens du PSG. Ces dernières années, d’autres joueurs, pas ou plus à Paris, comme Blaise Matuidi, Nicolas Anelka, Habib Beye, Mamadou Niang ou encore Florian Maurice lui ont fait confiance. « Amoureux du foot et du textile », Dwen Corréa a su tirer son épingle du jeu, faisant fi des tacles de la vie professionnelle. Créateur de la marque Dwn Twn, lancée en 2003, Dwen Corréa est aussi l’auteur, à la demande du Paris-Saint-Germain, de la ligne de vêtements « PSG by Dwen D. Corréa ». A 40 ans, ce père de trois enfants est un entrepreneur accompli.

C’est à l’âge de 25 ans qu’il décide de se lancer. Une rencontre avec Joachim Fernandez, ancien footballeur, lui permet de discuter avec les stars du ballon du moment, lors d’un match de gala à Bordeaux (Gironde). Zinedine Zidane, Christophe Dugarry… posent avec ses premiers tee-shirts. « J’étais comme un enfant dans une boulangerie avec plein de bonbons. » Puis, il se retrouve à Manchester (Angleterre), où il rencontre Nicolas Anelka. « Il m’a dit de le contacter à 18 heures. » Dwen s’exécute. Pas de réponse. « A 21 h 9, il m’appelle. » Un tournant dans sa carrière. « Nico est venu me chercher à mon hôtel dans un Porsche Cayenne. Je lui ai expliqué mon projet, je lui avais fait un contrat. » Un document que Nicolas Anelka a signé « pour que je réalise mes rêves ».

Blaise Matuidi comme égérie

De retour en France, le créateur convainc 33 joueurs. Il croit y être arrivé mais déchante. « Je n’arrivais pas à développer ma marque. On me livrait en retard ou c’était des produits défectueux. Je ratais les saisons. Ça m’a plombé. » Tandis qu’il pose le week-end avec des grands joueurs de foot, la semaine il range les rayons du magasin Carrefour. En 2011, il ouvre une boutique à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). En 2013, il change de logo. Un an plus tard, Blaise Matuidi devient le visage de sa marque. « Il voit les choses comme moi, par le travail et la détermination. On devient référencés chez Courir et là, l’aventure démarre. »

Depuis, les projets s’enchaînent. Dwen crée même un smartphone (NDLR : vendu à partir de 99 € nu). Lors de la soirée de lancement, il réunit tous les joueurs du PSG, « même Zlatan Ibrahimovic ».

Pour lui, Sarcelles « représente l’ambition »

Pourtant, c’est à Sarcelles, sa « deuxième maison », que tout a commencé. « Les jours de marché, je vendais des sweats », se souvient celui qui « traînait avec Mohamed Dia (NDLR : un des pionniers du streetwear en France). » Un ami lui conseille de lancer sa marque. Dwen Corréa aime s’habiller. « Dans mon armoire, tout est bien plié, classé par polos, par tee-shirts… Jeune, mes potes se moquaient de moi ».

Vivre de sa passion, c’est une satisfaction personnelle pour ce natif du Sénégal, fils d’un réfugié politique arrivé en France après 14 jours caché dans la cale d’un bateau.

Si Dwen en est là aujourd’hui, c’est aussi parce que Sarcelles l’a inspiré. « Cette ville, elle représente l’ambition ! lâche-t-il. Tu côtoies Sarcelles six mois ou un an et tu ressors avec l’envie d’y arriver. Ici, les gens ne se laissent pas faire, ici, il y a un truc magique. »

Source: leparisien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *